Inde : 250 millions d’agriculteurs et de travailleurs agricoles en grève massive (II)

16.02.2021 - Ferrol, Espagne - Ángel Sanz Montes

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Inde : 250 millions d’agriculteurs et de travailleurs agricoles en grève massive (II)
(Crédit image : Rubén Ayerra)

Dans le premier article de cette série, nous avons analysé les raisons, tant actuelles qu’historiques, qui peuvent expliquer le suivi massif de la grève dans le secteur agricole, soutenu par plus de 250 millions d’agriculteurs et de travailleurs agricoles. Elle a été mobilisée contre les changements de la législation agraire approuvée par le gouvernement du Premier ministre Narenda Modi et qui, depuis le 12 janvier, est suspendue dans son application par la Cour suprême indienne. Pendant ce temps, la protestation de masse se poursuit et les principaux dirigeants des syndicats ruraux font tour à tour la grève de la faim. Il est à espérer que, pendant que la réforme est en suspens, le comité d’experts dont la Cour suprême a également ordonné la création créera un terrain d’entente entre les organisations agraires et le gouvernement.

Série complète :

Inde : 250 millions d’agriculteurs et de travailleurs agricoles en grève massive (I)

Inde : 250 millions d’agriculteurs et de travailleurs agricoles en grève massive (II)

Partie III, à venir

 

La réforme agraire de Narenda Modi suspendue par la Cour suprême indienne

Narenda Modi, Premier ministre de l’Inde et leader du Parti Populaire Indien, sous prétexte de sortir le monde rural de la stagnation et d’attirer des investissements financiers pour le moderniser, applique les recettes de privatisation néolibérale pour mettre le secteur primaire entre les mains du marché mondial. Dans le cadre de la réforme agricole, ces lois permettront également aux commerçants ou aux intermédiaires de stocker des denrées alimentaires. La thésaurisation de la nourriture à des fins lucratives est un délit en Inde. En tout cas, c’était le cas. Une considération très sensée pour un pays si densément peuplé et qui a connu son lot de famines. En outre, la sécheresse et autres changements environnementaux compromettent les récoltes.

Les prescriptions néolibérales pour le monde agraire indien répondent aux profits des investisseurs plutôt qu’aux besoins de la population. Dans d’autres parties du monde, ils ont déjà provoqué la ruine environnementale des campagnes et des petits agriculteurs, en apportant des monocultures, des surdoses de pesticides et d’engrais, des regroupements, des pénuries, la hausse des prix, des famines et des révoltes. C’est ce qui est arrivé en Inde à cause du Parti Populaire Indien et de sa vision ethnocentrique d’exclusion.

Avec l’élimination progressive des contrôles des prix minimums garantis par l’État et la suppression des mécanismes de régulation existants, seules la libéralisation et l’agro-industrie restent prioritaires. C’est dire la perspective des intérêts des grandes entreprises qui englobe des intérêts très divers à l’intérieur et à l’extérieur de l’Inde. Les marchés contrôlés vont chuter. L’Inde ne tient qu’à un fil. L’exploitant – petit ou moyen – déjà étranglé par les dettes et la dureté des conditions actuelles, devra faire face à la volatilité des prix du marché mondial.

D’autre part, la situation dans les campagnes indiennes est une bombe à retardement d’un point de vue social. Le changement climatique, le prix des carburants et la situation internationale y ont également un impact. Si les campagnes sont de moins en moins rentables et ne produisent pas assez pour une population croissante, la tension accumulée est grande. Les nouvelles générations migrent également vers les villes dans ce pays, générant l’abandon rural, et des ceintures d’extrême pauvreté dans les villes où s’installent ceux qui fuient la campagne.

L’absence d’un projet de développement durable et ouvert à tous les acteurs impliqués du secteur agricole indien a entravé le développement du monde rural depuis les années 1990. Pour certains analystes, le défi de la question agraire remonte à l’indépendance de l’Inde, il y a plus de 70 ans. Entre-temps, les problèmes décrits ci-dessus se sont aggravés et la campagne s’est étiolée au point de compromettre sa productivité et obligeant à importer de l’étranger à des prix élevés.

La stratégie des élites indiennes représentées par le Parti Populaire Indien, est de vivre sur le dos de la campagne, tout comme les classes moyennes urbaines. Ils ont attendu que la situation soit explosive pour imposer les schémas des grandes entreprises et de l’agro-industrie appliqués ailleurs dans le monde.

Avec la réforme agraire du gouvernement suspendue par la Cour suprême, les marchés agricoles sont toujours réglementés par les États qui divisent l’Inde, par la loi sur le Comité de commercialisation des produits agricoles (Agricultural Produce Marketing Committee – APMC).

Dans chaque État, ce comité définit la mise sur le marché pour les agriculteurs indiens par le biais des quelque 7000 « mandis » ou marchés de gros. Le fonctionnement est inégal, mais l’activité est réglementée par le gouvernement et, dans les mandis, la vente se fait par un prix de départ et une enchère, gérés par des commissionnaires qui servent de médiateurs entre les agriculteurs et les commerçants.

Le monde agraire en Inde est aussi varié et complexe que son climat et sa société. La campagne indienne n’est pas une réalité homogène, pas plus que ceux qui protestent aujourd’hui contre les réformes. Avant les manifestations, les agriculteurs (57 % selon New Indian Express) n’étaient pas non plus satisfaits du système existant de vente aux enchères dans les mandis. Il y a des États qui fonctionnent mieux que d’autres. Mais dans tous les cas, les commissionnaires exploitent le système en faveur des grossistes et des commerçants qui viennent acheter. La fixation des prix et la négociation ne sont pas transparentes et facilitent la collusion entre les négociants et les intermédiaires. Cela génère une cartellisation et des intérêts monopolistiques qui s’accordent à l’avance et en dehors du circuit sur des prix d’achat à la baisse. En raison des mauvaises infrastructures des mandis (corruption, lenteur, bureaucratie et mauvaises installations), les producteurs sont spoliés, par le biais de commissions, de crédits et d’honoraires, de 5 à 20 % du prix de vente. En outre, les paiements aux agriculteurs sont retardés jusqu’à cinquante jours. Pour couvrir ses dépenses, pendant le retard de paiement, l’agriculteur – qui n’a pour la plupart pas de financement propre – compte sur le crédit du même agent qui commercialise ses produits, ou de prêteurs locaux.

Dans ce contexte, et malgré la diversité des types d’agriculteurs, de cultures et de circonstances, ils se sentent prisonniers entre le modèle déficient des mandis, qu’ils connaissent déjà, et le nouveau modèle que le gouvernement entend introduire. C’est pourquoi les deux parties doivent s’asseoir et négocier.

 

 Ce que demandent les agriculteurs et leurs organisations agricoles

Étant donné que ceux qui s’opposent à la réforme du gouvernement ne sont pas une réalité homogène, quelles sont les revendications des représentants syndicaux des paysans et des ouvriers agricoles ?

– Inclusion de garanties afin que les paiements aux agriculteurs soient effectués dans un délai maximum de trois jours ouvrables prévus par la nouvelle législation.

– Transfert direct en espèces de 7 500 roupies (101 dollars US) à toutes les familles dont le revenu est inférieur au seuil d’imposition.

-10 kg de ration céréalière gratuite par personne et par mois pour tous les nécessiteux.

– Extension de la loi nationale du Mahatma Gandhi sur la garantie de l’emploi rural pour faire passer de 100 à 200 jours de travail dans les zones rurales avec de meilleurs salaires, et extension de ce programme aux zones urbaines.

– Retrait de toutes les modifications du code du travail contre les travailleurs et des lois contre les agriculteurs.

– Mettre fin à la privatisation des entreprises du secteur public, y compris celles du secteur financier. Mettre fin à la privatisation de type néolibéral des entreprises de services et de fabrication gérées par l’État dans les chemins de fer, la fabrication d’ordonnances, les ports et autres domaines similaires.

– Retirer la circulaire draconienne sur la retraite anticipée forcée des employés du gouvernement et du secteur public.

– Assurer une pension pour tous, rétablir le régime de pension antérieur et améliorer la EPS 95.5.3. (Convention indienne sur les retraites en vigueur depuis 1995).

 

Le gouvernement du Parti Populaire Indien : credo et pratique

Mais qui se trouve de l’autre côté du conflit ou de la table des négociations ? Le Parti Populaire Indien (Parti Bharatiya Janata, ou BJP) se considère comme l’incarnation des valeurs socioreligieuses de la majorité hindoue. En s’appuyant sur les organisations ethnoreligieuses territoriales ─ qui savent attiser ─, il tire profit des conflits existants. Son programme repose sur un exclusivisme hindou qui pourrait mettre fin à l’équilibre de l’Inde considéré comme « l’unité dans la diversité ». Cf. Mario López Areu. Revue CIDOB of Afers Internacionals. « Le populisme hindouiste de Narendra Modi : réimaginer la nation indienne ».

La preuve de cet ethnopopulisme du Parti Populaire Indien est la loi controversée sur la modification de la citoyenneté (CAA). La nouvelle loi permet d’accorder la citoyenneté indienne aux réfugiés d’Afghanistan, du Bangladesh ou du Pakistan, mais uniquement s’ils ne sont pas musulmans. Cette discrimination religieuse marginalise plus de 150 millions de citoyens indiens de confession musulmane. Tous sont des États voisins, avec lesquels l’Inde a un certain conflit territorial, ou en raison de la situation des minorités hindoues. Avec Modi, l’Inde vise à devenir une nation à parti unique, exclusivement hindoue et excluante, avec de fortes ambitions néolibérales dans tous les autres domaines.

Récemment, l’impulsion raciste a persévéré jusqu’au délire en promulguant, dans l’État d’Uttar Pradesh, une loi punissant de dix ans d’emprisonnement les « mariages interreligieux dont l’intention est de changer la religion de la femme ». C’est ce que l’on appelle le « jihad d’amour », une théorie de conspiration accusant les hommes musulmans de leurrer les femmes hindoues pour qu’elles se convertissent à l’Islam. Cette paranoïa circule depuis des années parmi les sections de l’extrémisme hindou, mais maintenant, pour la première fois, elle devient une loi sous un gouvernement populiste. D’autres États dirigés par le gouvernement BJP de Modi – tels que le Madhya Pradesh, l’Haryana et le Karnataka – ont annoncé des ordonnances similaires.

Le BJP a attisé le débat entre les deux visions concurrentes sur l’identité indienne : celle qui voit une Inde laïque et syncrétique ou celle qui aspire à une Inde fondée sur la suprématie de l’hindouisme.

Selon la vision la plus portée sur l’ethnocentrisme, les hindous d’aujourd’hui descendent de parents védiques qui, depuis l’antiquité occupaient l’espace géographique du sous-continent indien. Religion, terre et race. Même la langue (l’hindi, et auparavant le sanskrit) seraient les piliers de l’identité hindoue. Le triptyque complet est : « Hindou, hindi et hindoustani ». Tout ce qui n’est pas hindou est une nuisance aux yeux du nationalisme hindou. D’autres coutumes ou rituels peuvent être tolérés, mais doivent être réservés à la vie privée. Dans la sphère publique, l’allégeance doit se porter sur des symboles hindous (Jaffrelot, 2007, p. 15).

Le défi que l’Inde doit relever dans les campagnes en matière de ressources humaines, d’alimentation, de commerce et d’environnement affecte directement la moitié de sa population. Une vision purement hindouiste ne facilite pas l’inclusion de tous dans la gestion de son scénario de diversité multiculturelle et multiethnique. Cela ne contribue pas à conquérir l’avenir de 1,392 millions d’habitants en se présentant comme un peuple antique choisi par un dieu (en 2000 avant J.-C.), qui accorde des droits sur la terre et attribue un pouvoir par procuration à un groupe ethnique particulier pour établir un ordre (social et personnel) selon lequel certains sont « plus » que d’autres. Dans un pays à l’histoire si ancienne, où chacun ressent à sa façon ce qui est ancestral et transcendant, ce qui est lié à Dieu ne devrait pénaliser personne sous forme d’exclusion ou de démérite. Ce qui est ancestral et différencié enrichit une société. Mais cela ne peut être source d’exclusions ou de droits des uns sur les autres, car dans ses propres termes d' » antériorité « , on peut toujours trouver un peuple antérieur à celui qui se considèrerait plus comme  » ayant droit  » et  » d’une origine encore plus pure « . Où allons-nous en plein XXIe siècle avec ce type de réflexion dans le dialogue entre les peuples ?

L’ethnocentrisme et l’exclusion de l’autre parce que l’on se considère comme antérieur et meilleur, pour des raisons historiques et/ou de droit divin, n’est pas un problème de ces seules latitudes. Il se répète et est à l’origine de nombreux conflits dans le monde.

En lisant et en approfondissant sur l’Inde, on découvre aussi des parallèles avec l’Espagne. Là aussi, il y a une lutte entre les deux Espagnes. D’une part, celle qui veut créer – à partir de la diversité – un pays laïque, syncrétique, multilingue et plurinational, avec le désir de s’ouvrir davantage sur le monde. Tandis que de l’autre côté se trouve la vision d’une Espagne catholique, excluante, monolithique et unilingue, défendue par l’élite qui veut préserver ses privilèges. Cette dernière vision – égocentrique, conservatrice pour ceux qui réussissent, lorsqu’ils perdent le pouvoir dans le jeu parlementaire après une élection – voit ceux qui s’opposent à eux comme illégitimes. C’est l’Espagne du PP, des C’s et du VOX, qui marche à reculons. Celle de ceux qui dénigrent les changements, pour les « vagabonds », les « hommes avec coupe de cheveux en queue de cheval », les « socio-communistes-bolivariens », etc. parce qu’ils ne sont pas nés pour gouverner et régner, tandis qu’eux le sont. Pour le PP et sa vision du monde, eux mis à part, tout le reste est illégitime et anti-Espagne.

Cela vaut la peine de s’arrêter un instant pour noter que l’Inde est proche et que nous avons des problèmes similaires. Mais ce n’est pas le Grand Gange qui serpente à travers Madrid, Barcelone, Séville, La Corogne, etc. C’est la monomanie néolibérale mondiale et globalisante qui fait que tout ce qu’elle arrose s’assèche, souffre et fait souffrir. Outre l’intérêt de mieux comprendre ce qui se passe en Inde, les similitudes qui ont été recherchées ici n’obéissent qu’à l’intérêt d’illustrer combien la pensée unique est répandue dans le monde entier et combien il est peu fécond de définir la vie en termes financiers et économiques, en termes de marchandises et de marché. Ne nous y trompons pas. L’ethnocentrisme est un point de vue à comprendre et à manifester en tant qu’individu ou groupe, mais en tant qu’argument concernant « l’autre » ou « le différent » à discriminer, ce n’est qu’une excuse pour préserver les privilèges ou la domination de quelques-uns sur les autres.

Dans la troisième et dernière partie de cette analyse, nous continuerons à analyser comment ce conflit se manifeste en Inde.

 

Sources :

https://www.icesi.edu.co/india/contenido/pdfs/ponencias/Crecimiento%20y%20Desarrollo%20Economico%20de%20la%20India%20-%20Hernan%20Betancur.pdf

https://www.eldiario.es/economia/supremo-indio-suspende-leyes-desataron-protestas-campesinos_1_6744982.html

https://ideas.pwc.es/archivos/20181219/que-paso-en-la-india-despues-de-eliminar-el-dinero-en-efectivo/

http://www.cipi.cu/articuloproceso-de-desmonetizacion-de-la-economia-india-repercusiones

https://santandertrade.com/es/portal/analizar-mercados/india/politica-y-economia

 

Traduction de l’espagnol, Ginette Baudelet

Catégories: Asie, Droits humains
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.